Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Messages

Sujet : [Fiche] Xenodermus javanicus le Ven 27 Mar - 9:05

Silverat

Administrateur
Administrateur
avatar
Like a Star @ heaven Xeno : étrange
Like a Star @ heaven dermus : derme, peau
Like a Star @ heaven javanicus : de Java

Xenodermus javanicus, Reinharth 1836.

Français : Xenoderme de Java, serpent dragon, serpent javanais

Anglais : Dragonsnake, Rough-backed litter snake

Allemand : Java-höckernatter

.

Bien que sa description date de près de deux siècles, le xénoderme de Java, reste véritablement très mal connu...

.

________________________________________________________________________________

Ci-dessous, certainement la plus belle et ancienne planche représentant le mythique xénoderme javanais.


"ERPÉTOLOGIE GÉNÉRALE OU HISTOIRE NATURELLE COMPLÈTE DES REPTILES" par Duméril et Bibron, une eau-forte 1854.

Like a Star @ heaven Description

Xenodermus javanicus est une couleuvre, aglyphe, de la famille des Xenodermatidae qui comprend actuellement 5 genres pour 17 espèces. Il est, quant à lui, monospécifique. Sa répartition s'étend de l'extrême sud du Myanmar, en Thaïlande jusqu'en Indonésie (Sumatra, Bornéo, Java). Sa petite taille (7o cm maximum, plus généralement 6o cm) et sa discrétion en font un animal difficile à observer. En Thaïlande, les rares spécimens capturés l'ont été dans le sud, à la frontière avec la Malaisie. Il est présent à une altitude allant de 5oo à 13oo m, avec une prédilection aux environs de 11oo m au-dessus du niveau de la mer. C'est sur l'île de Java qu'il est le plus commun.



Like a Star @ heaven La tête, très distincte du corps, est recouverte de petites écailles granuleuses à l'exception des nasales, larges et volumineuses, et des internasales. Les yeux, de taille moyenne, ont une pupille verticale. Le corps est lui aussi recouvert d'écailles plus ou moins régulières.



Like a Star @ heaven Trois rangées de grandes écailles protubérantes, ressemblant plus volontiers à une crête, courent le long de la colonne vertébrale ainsi que deux autres rangées placées de façon symétrique de part et d'autre de ces trois premières rangées. À l'encontre des petites écailles dorsales irrégulières, celles couvrant les flancs sont fines et régulières. La fonction exacte de la forme des écailles nasales ainsi que celles de la crête le long du corps ne sont pas encore connues.

Like a Star @ heaven La queue représente près d'un tiers de la longueur totale. La couleur générale de l'animal est gris taupe, les écailles ventrales sont blanches grisâtres bordées de gris taupe.

Like a Star @ heaven Les femelles, plus grandes que les mâles, ont une queue plus courte. Elles ont entre 176 et 186 ventrales contre 171 à 177 pour les mâles; de même, elles n'ont que 133 à 15o sous-caudales contre 147 à 165 chez les mâles. Kopstein (1938) précise, qu'à Java, les femelles Xenodermus javanicus sont plus nombreuses que les mâles, le sexe-ratio serait d'environ 44% de mâles contre 56 % de femelles.

Ci-dessous, quelques photos détaillant la physionomie particulière de Xenodermus javanicus :


Xenodermus javanicus. Gros plan sur la tête.


Xenodermus javanicus. Gros plan sur la forme particulière des nasales.


Dos de Xenodermus javanicus illustrant l'irrégularité des écailles en région dorsale.


Flanc de Xenodermus javanicus. Comparaison entre les écailles dorsales et celles des flancs. Les deux photos, ci-dessus, ont été faites alors que le corps était immergé.


Xenodermus javanicus. Ecailles ventrales bordées de gris taupe.

     Craintif, Xenodermus javanicus vit principalement, durant la journée, caché dans des terriers et des galeries creusés à quelques centimètres sous le sol meuble. Il est semi-fouisseur et semi-aquatique. C'est à la nuit tombée qu'il s'aventure à l'extérieur de sa cachette à la recherche de ses proies favorites, les grenouilles. C'est un animal qui affectionne la proximité des eaux calmes et peu profondes. On le trouve aussi bien en forêt que dans les champs inondés et notamment les rizières ou ses proies pullulent.

     Le serpent dragon n'est pas un animal agressif. Quand il est saisi, il se content de se raidir et semble figé. Une fois reposé au sol, il reste quelques instants immobile, comme pour s'assurer que tout danger est bien passé puis il disparaît lentement et silencieusement sous les feuilles mortes dans l'humus ou trouve refuge dans l'eau.

    Ovipare, c'est à la saison des pluies, d'octobres à février, qu'ont lieu les accouplements et les pontes allant de 2 à 4 œufs. Ces derniers, de petite taille, mesurent 23 à 28 mm par 9 à 11 mm. Après 61 à 65 jours d'incubation, les nouveaux-nés, d'environ 2o centimètres, voient le jour.



Ci-dessus et ci-dessous, aspect général de Xenodermus javanicus.


Xenodermus javanicus général

     Dans son livre "The Snakes of Thailand and Their Husbandry" (1991), Merel J. Cox donne quelques conseils essentiels pour le maintien, dans de bonnes conditions, de Xenodermus javanicus en captivité. Le substrat doit être meuble et comporter de nombreuses cachettes, un large bassin peu profond sera à disposition, quelques cachettes devront aussi y être aménagées. Le terrarium sera chauffé au maximum à 28-3o°. Pour un bien, il faudrait pouvoir leur proposer 25-26° au plus froid, 3o° au plus chaud. Seul un terrarium assez vaste permettra de lui offrir un tel grandiant thermique. Malgrè tout, le xénoderme reste très difficile à maintenir en captivité.

     Pour l'alimentation, M. J. Cox confirme sa prédilection pour les grenouilles, mais précise aussi qu'il pourrait éventuellement accepter quelques petits poissons.

    Dans son article snakesarelong.blogspot.fr/2013/09/dragonsnakes.html, Andrew Durso rappelle, à juste titre,  qu'autrefois toutes les îles et le continent représentant actuellement l'aire de répartition des Xenodermus étaient rattachées ensemble, et précise qu'il ne serait pas étonnant que des études approfondies de ces populations, dorénavant isolées, mettent en évidence plusieurs espèces ou sous-espèces de Xenodermus.

Portfolio :























Like a Star @ heaven Bibliographie :

   1999 - R. B. Stuebing, R. F. Inger - A field guide to the Snakes of Borneo - Natural History Publications (Borneo) - 254 pages.
   1996 - P. David, G. Vogel - The Snakes of Sumatra : An annotated checklist and key with Natural history notes - Edition Chimaira - 260 pages.
   1994 - J. C. Murphy, H. K. Voris and D. R. Karns - A Field Guide and Key to the Snakes of the Danum Valley, A Bornean Tropical Forest Ecosystem - Bulletin of the Chicago Herpetological Society - Vol 29, N° 7 - pp 133-151.
   1991 - Merel J. Cox - The Snakes of Thailand and Their Husbandry - Krieger Publishing Company - 526 pages.

Source :
Merci à @Erpeton pour la fiche ET les photos qu'il a gracieusement offerts au forum.
Tous droits réservés.



Dernière édition par Silverat le Ven 27 Mar - 9:59, édité 2 fois


_______________________
Et mon triangle d'émeraude tire sa langue à double fil...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-reptiles.com

Sujet : Re: [Fiche] Xenodermus javanicus le Ven 27 Mar - 9:57

Silverat

Administrateur
Administrateur
avatar
L'expérience de @Erpeton :

@Erpeton a écrit:Mon expérience avec ce serpent : Un échec cuisant, si un jour, je re-tente cette espèce, ce sera avec une alimentation que de grenouilles vivantes de petite taille. J’avais contacté un élevage de grenouilles, près de Pierrelatte, mais je n’ai pas eu le temps de passer une commande. L’animal est resté en vie 1 mois et une semaine. Il n’était pas maigre même si l’aspect général de la bête pouvait laisser croire le contraire. Je penche vraiment plus vers un gros coup de stress entre le moment de la capture et le moment où je l’ai eu. Il aurait du vivre beaucoup plus longtemps s’il avait été en bonne santé même sans manger…

Il passait la journée, complètement caché, sous l’écorce ou dans l’humus et ne sortait qu’à la tombée de la nuit. Lors de mes longues soirées d’observation, j’ai cru une ou deux fois qu’il allait manger, il sentait les petits poissons morts ou vivant que je lui avais proposé. La cuisse de grenouille décongelée, même pas une approche. Franchement ce n’est vraiment pas une bête que je conseillerai, Je sais que des asiatiques ont commencé l’élevage de cette espèce, vu la demande pour la terrariophilie. Je sais aussi que le zoo de Moscou en a détenu et en détient certainement encore. Je pense vraiment que l’Europe doit s’armer de patience pour les voir arriver en bonne santé… Ça me rappelle le fameux Python regius dans les années 75-80, en vraie galère pour en tenir en captivité, à cette époque j'en ai gavé un pendant près de 6 ans et demi et un beau jour il a démarré.


_______________________
Et mon triangle d'émeraude tire sa langue à double fil...
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forum-reptiles.com

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum